C’est avant tout grâce à la pression pour réduire les coûts, accompagné du développement industriel, que les entreprises se sont vite rendu compte de la nécessité de mieux définir les temps. Cette amélioration à un impact au moins sur 2 les facteurs suivant :

  • Meilleur évaluation de la charge de travail pour déterminer les besoins en production selon les quantités de pièces à produire et des délais.
  • Meilleur estimation du coût de production des pièces en fonction du temps passé sur chacune d’elles.

Il y a actuellement 2 familles principales pour fixer ces temps:

  1. Mesure directe (chronométrage + Jugement Allure)
  2. Le temps prédéterminé (tables de temps)

Mixer les outils de temps:

Votre première question sera certainement : « Mais, pourquoi tant de méthodes de temps? »
Tout simplement parce qu’il y a trop de diversités dans les cas d’applications, exemples :

  • Organisation (production, logistique…)
  • Volume (petites, moyennes, grandes séries)
  • Produit (composants : petits, moyens, grand)
  • Technologie de production (automatisée, manuelle, semi-annuelle…)
  • Période du besoin de calculer les temps (design, développement, présérie, pendant la vie série…)
  • Motivation du calcul (estimation rapide, devis, productivité, amélioration continue, comparatif…)
  • Etc…

Il est donc préférable d’utiliser une «méthode spécifique» adaptée au besoin du calcul. Tout cela pour dire qu’un Technicien Méthodes et temps se doit de maîtriser plusieurs moyens.

Ci-dessous, un tableau résumant différentes méthodes de temps que nous utilisons (et mixons) régulièrement.

Domaines / Méthodes ==> MTM1 MTM2 GSD SMB2 Chrono

These methods are not so different from each other. They are all based on the MTM speed who is the international basis for the reference time calculations.

Tous types Assemblage check check check
Couture (spécifique) check check check
Logistique (spécifique) check check
Autres check check check

MTM, GSD, SMB… C’est quoi?

Ci-dessous, un petit journal pour découvrir les méthodes présentées ci-dessus complété par l’onglet “Catalogue”. En effet, calculer les temps est important, encore faut-il aussi savoir en garder la trace.
Par ailleurs, sur certains onglet, un lien peut ouvrir une page d’un autre site Web spécifique qui fournira des informations supplémentaires.

Sommaire :MTM 1MTM 2GSDSMB2ChronoCatalogue

MTM1 : pour l’assemblage de petits composants et aussi pour les cycles très courts.
MTM2 : pour tous types de composants moyens ou larges et des cycle à partir de la minute.
GSD : spécifique pour la couture de vêtements ou de garnitures de sièges (automobile, train, avion, meubles…)
SMB2 : spécifique à la logistique pour l’étude des flux internes de tous types d’entrepôts
Chronométrage : méthode transversale pour tous type d’activités avec des cycles moyens ou longs.
Catalogues : base de données pour chiffrer en amont (devis, prototype, pré-série…) et archiver le savoir faire.

MTM-1 permet, en décomposant l’ensemble des mouvements de base nécessaire à une tâche, de déterminer le temps standard d’une opération. A l’origine, Gilbreth, partant de son travail sur les mouvements de base, a regroupé ces mouvements en 4 catégories :

  1. Les mouvements des membres supérieurs : atteindre, saisir, mouvoir, positionner et lâcher, mais également tourner, appliquer pression, désengager et mouvement de manivelle
  2. Les mouvements visuels : examiner et déplacer le regard
  3. Les mouvements des membres inférieurs : du pied ou de la jambe
  4. Les mouvements du corps : les déplacements (marche, pas de côté, rotation du corps) ou les flexions (s’incliner, se baisser, poser un genou au sol, s’agenouiller, s’asseoir, se relever)
La MTM1 est une technique performante mais qui demande beaucoup de temps. On limite généralement à une analyse de cycle d’une minute.

(click for more details)

MTM1 est une technique performante mais qui demande beaucoup de temps. On limite généralement à une analyse de cycle d’une minute. Pour améliorer cela, MTM2 permet ainsi de réduire par 2 le temps d’analyse. Elle est donc particulièrement utile pour faire une analyse de temps sur des opérations de plusieurs minutes. Basé sur les travaux de la MTM1, elle possède un niveau de fiabilité de 95% pour les temps de cycle de plus de 5000 TMU.

Le principe de la MTM2 repose sur le fonctionnement de la MTM1. La différence repose sur le fait que la MTM2 a simplifié le système en regroupant les actions. C’est pour cette raison que pour des cycles petits, le niveau d’erreur par rapport à la MTM1 est plus grand que pour les cycles plus longs.

La méthode MTM2 comprend donc 2 catégories de mouvements primaires :

  1. Des mouvements GET qui combinent Reach (Atteindre), Grasp (Saisir) et Release (Lacher).
  2. Des mouvements PUT qui combinent Move (Mouvoir) et Position (Positionner).

(click for more details)

GSD® est un système de temps de mouvement prédéterminé (PMTS) développé par la société GSD basée au Royaume-Uni. Elle est spécialement conçu pour l’industrie des produits de couture.

Cette méthode permet de calculer le temps nécessaire à l’exécution d’une tâche ou d’une opération mais spécifiquement pour le secteur de l’industrie du textile. Par contre, les codes GSD® peuvent aussi être mélangés avec ceux des autres méthodes MTM car ils sont construits sur cette norme.

Elle regroupe des code MTM en séquenses de travail spécifique à la couture comme:

  1. Prendre et superposer 1, 2.. pièces (en l’air ou sur table)
  2. Positionner pièces sous pied presseur
  3. Aligner ou ajuster (1,2…pièces)
  4. Couper fils (avec ciseaux, sur lame…)
  5. Evacuer pièces (sur pile, par glissement…, à 1 main, 2 mains)
  6. etc…

(click for more details)

La méthode SMB est une méthode de standards de temps adaptée aux opérations de manutention. Elle est développée le Groupe AFT-IFTIM. Elle met à disposition de l’analyste :

  • un langage de communication commun qui permet à tous d’élaborer des modèles mais aussi de comprendre les gammes développées par d’autres,
  • une base de données de temps qui valorise les activités réalisées par la plupart des engins de manutention mais aussi les activités manuelles.

La mise en place de modèles SMB permet à l’entreprise :

  1. de comparer son efficience à celle des standards déterminés par SMB,
  2. une meilleure affectation de ses moyens en fonction de la variation du niveau de son activité,
  3. d’analyser la structure de ses processus et d’en extraire les opérations sans valeur ajoutée,
  4. de simuler différents choix d’organisation possibles avant leur mise en place,
  5. de calculer le retour sur investissement de ses projets d’amélioration,
  6. de mieux vendre ses prestations logistiques par la mise en place d’outils de cotation standards.

Le lien ci-dessous télécharge un document PDF qui vous présentera l’application du SMB en entreposage:
(click for more details)

La chrono-analyse est une méthode utilisée pour mesurer et analyser le travail directement sur le un poste de travail.
Le but est d’y apporter des améliorations et fournir à une gamme un temps stabilisé.
Le chrono-analyseur se sert d’un formulaire de chronométrage, d’un chronomètre et d’un stylo.

Le chronométrage se prépare. IL faut:

  • prévenir à l’avance l’encadrement de l’intervention de chronométrage et avant de commencer les relevés expliquer à l’opérateur les raisons de la prise de temps.
  • Fractionner la séance de travail en éléments facilement mesurables.
  • Décomposer la phase de travail à partir d’une séquence qui comporte des tops ‘’début et fin’’ facilement identifiables (sonores, visuels, …).
  • Définir le nombre de mesures nécessaires (20 relevés pour des temps de moins de 100 dmh ou 36 secondes)
  • Appliquer sur les temps relevés les corrections dues à l’allure.
  • Tenir compte de facteurs physiologiques qui sont liés.

(click for more details)

Un catalogue de temps sert à :

  • Capitaliser son savoir-faire pour choisir les meilleurs procédés et le processus le plus performant.
  • Répondre plus “finement” à un appel d’offre ce qui fait souvent la différence pour prendre un marché.
  • Préparer les nouveaux projets en se basant sur du savoir faire factuel

C’est donc un recueil des éléments constitutifs des modèles déjà fabriqués par l’entreprise. Ces éléments sont accompagnés des conditions matérielles de fabrication et des temps.
Pour connaître les temps d’un nouveau produit, il suffit de :

  • Rechercher les pièces analogues déjà étudiés,
  • Calculer les nouvelles pièces en se basant sur des analogies.
  • Combler les temps manquant par des analyses spécifique (MTM…)

il suffit alors de combiner les éléments et procéder à une nouvelle synthèse.